Résultats enquêtes CLCV/SMCNA Sacs plastiques à usage unique de caisse - Mise en application de la loi du 1er/07/2016 les interdisant

Publié le par clcv-loire-atlantique.over-blog.com

Dans le cadre de la mise en application de la loi interdisant les sacs plastiques de caisse à usage unique, au 1er juillet 2016, puis les sacs plastiques destinés à l’emballage de marchandises en rayon, au 1er janvier 2017, la CLCV de Loire-Atlantique a souhaité intensifier son action de sensibilisation auprès des consommateurs, mais aussi des commerçants aux changements de leurs pratiques respectives de consommation.

C’est dans ce contexte que la CLCV, en partenariat avec le SMCNA (Syndicat Mixte Centre Nord Atlantique), a réalisé, de septembre à octobre 2016, 12 demi-journées d’intervention (soit 250 heures de mobilisation) sur les marchés et centres-bourgs de 5 grandes villes du nord du département : Blain, Nort-sur-Erdre, Nozay, Pontchâteau et Savenay. Plus d’une centaine de consommateurs et plus de 200 commerçants, ambulants et sédentaires, ont été sensibilisés ; dont 114 commerçants du secteur alimentaire consultés sur leurs pratiques de distribution en caisse de sacs plastiques.

Pour 2/3 d’entre eux, la mesure était plutôt attendue. Malgré tout, entre frein et opportunité de changement économique et écologique, les avis sont parfois mitigés, voire contradictoires : « Coût plus élevé du sac. 3 à 6 fois plus cher. Sacs biosourcés moins solides. Si les clients apportent leurs gamelles, cela va retarder le travail (concurrence : rapidité, prix). Contraintes pour le commerçant mais il faut s'adapter pour l'environnement. Moins de sacs achetés si les clients viennent aves les leurs. Contrainte surtout pour les clients et coût quasi nul pour le commerçant. Favorable au commerçant car le coût peut être répercuté sur le client. Moins de déchets à gérer.»

Avant la loi, les pratiques de distribution de sacs étaient très clairement aux sacs plastiques à usage unique. Avec la mise en application de la loi, la tendance irait aux sacs en papier/kraft.

Cependant, certains commerçants, certes minoritaires, n’ont pas attendu la loi pour prendre leur responsabilité environnementale et des initiatives sur la question des sacs plastiques. Exemples d’alternatives proposées :

. Poissonnerie : sacs cabas + papier d'emballage + sac plastique zippé (lavable).

. Chocolatier : 1 bocal pour peser le chocolat.

. Volailler : Papier paraffiné + kraft.

. …

Proactifs ou non, ils sont largement prêts à accueillir les nouvelles pratiques des clients (63 %), à accepter leurs contenants personnels (71 %), à les sensibiliser et les inciter à venir avec leurs propres contenants (64 %), avec certaines conditions émises par certains. Paradoxalement, ils sont un peu moins prêts à proposer des alternatives aux sacs plastiques à usage unique à la distribution (42 %).

 

 

 

3/4 des commerces alimentaires interrogés ont pu observer chez leurs clients un changement de comportement. Selon leur propos, certains de leurs clients apportent leurs propres sacs et/ou divers contenants, voire même refusent les sacs mis à disposition. Dans leurs expressions, 2 types de comportement, entre "Changement » et « Résistance", se dégagent : jeune / ancien, rural / urbain…

Solutions que l’on peut retenir, suggérées par les commerçants dans le cadre de cette enquête, pour favoriser la transition vers le 0 déchet :

  1. Recherche de baisse des prix des sacs distribués – achat individuel mais organisé collectivement :

  • Aides et taxes possibles : coopératives, fédérations, Etat…

  • Prix / matières fournisseurs.

  • Alternatives adéquates (selon produit) et gratuites (ex. réutilisation cagettes).

  • Modalités répercussion client.

  1. Incitation clients à venir avec sacs réutilisables et contenants :

  • Communication et information générale par les médias.

  • Sensibilisation par les commerçants.

  • Mutualisation offres incitatives (vente sacs, gratuité…).

  • Echange et réflexion pratiques et alternatives adéquates par rapport aux problèmes temps et hygiène.


 

Commenter cet article