Une stratégie financière qui pénalise le logement social

Publié le par clcv-loire-atlantique.over-blog.com

Alors que  le  gouvernement  vient  d’annoncer  sa  « stratégie  logement »,  la  CLCV constate  que  les  mesures annoncées relèvent, au mieux de la naïveté, au pire de l’amateurisme.

Après  avoir  attaqué  pendant  plusieurs  semaines  les  aides  personnelles  au logement, les pouvoirs publics semblent acter que les loyers  sont  trop  chers. C’est  une  réalité…  malheureusement, les mesures proposées ne concernent que le parc social, alors que les loyers y sont règlementés et parmi  les  plus  faibles.  Il  est  urgent  d‘agir  sur  le  parc  privé,  où  les  loyers  continuent  d’augmenter.

L’encadrement prévu par la loi ALUR constitue un dispositif efficace, comme le montrent les études de l’OLAP1. Nous ne pouvons donc attendre son évaluation. À Lyon, les loyers ont augmenté de 3,6 % en 20172. Dans 6 ans, l'encadrement viendra juste constater que les loyers sont trop élevés, comme  cela s’est passé à Paris.

Par ailleurs, il est paradoxal de demander aux organismes HLM de construire plus tout en les privant d'une partie de leurs capacités financières. 50 à 60 euros de baisse de loyers, ce sont 1,5 à 2 milliards d'euros de trésorerie en moins. Une perte qui ne sera pas compensée par les avantages annoncés (réaménagement de la dette, maintien du taux du Livret A...) et qui fait craindre une  dégradation de  l'entretien, voire un abandon de certains projets de rénovation. Une nouvelle fois, le gouvernement annonce des mesures  qu'il fera payer par d'autres. En matière de politique de la ville, la CLCV n’est pas dupe. Action logement va une nouvelle fois être mis à contribution. 

Le  président  de  la  CLCV,  Jean‐Yves  Mano,  estime  que :  « nous  sommes  face  à  une  stratégie budgétaire et non une stratégie logement. Les efforts sont uniquement demandés à nos concitoyens  les plus  fragiles. » Et d’ajouter : « le gouvernement ne  remet pas en cause le soutien au secteur du bâtiment ? Une politique qui coûte plus de 2 milliards d'euros par an au budget de l’État alors qu’elle est un facteur de hausse des coûts de l'immobilier et du foncier." Concernant  le  développement  de  l’offre,  la  stratégie  comporte  des  pistes intéressantes dans le domaine du foncier (libération de terrains publics, mesures fiscales et opérations d’intérêt national).

La CLCV appelle depuis deux ans à la création d’un véritable marché du foncier  La  CLCV demande au  ministère  un  dialogue  franc  et  constructif.  Si  le  gouvernement  souhaite remettre en cause le modèle du logement social, qu'il afficher clairement sa politique aux Français.

1 Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne.

 2  Sources CLAMEUR. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article