Ampoules basse consommation : comment choisir ?

Publié le par clcv-loire-atlantique.over-blog.com

Extrait de l’article paru dans Ouest France des 5 et 6 janvier 2013

 

Mis à part les 15 et 25 watts (en vente jusqu’en septembre2013), il n’est plus possible d’acheter des ampoules à incandescence depuis le 1er janvier. Place à l’éclairage économique, moins gourmand en électricité et offrant des durées de vie très supérieures. Mais lesquelles choisir parmi l’offre pléthorique dans les rayons ?


Les trois catégories d’ampoules en vente présentent des avantages et des inconvénients :

Halogene.jpg

  • → Le halogène est bon marché mais reste énergétivore. Halogene-copie-1.jpg
  • La fluo compacte consomme peu, dure longtemps mais met du temps à donner toute sa lumière.
  • La led est chère à l’achat, pas tout à fait au point, mais très économique à l’usage.

 

 

Les conseils de Grégoire Rousselot, électricien à Bouvron :  

Il faut d’abord prendre en compte l’endroit que l’on veut éclairer.

Pour une pièce comme le salon, on choisira une lampe à longue durée d’éclairage : la led, par exemple.

A l’inverse, pour des WC, où il faut de la lumière tout de suite, mais pour peu de temps, une lampe halogène sera mieux adaptée.

Pour une chambre, une entrée, une cuisine, ce sera plutôt une fluo compacte

Autre conseil du professionnel : "Ne pas courir après le petit prix" la qualité risque de décevoir surtout pour les leds. Il constate souvent des défectuosités. Se méfier aussi des chiffres donnés par les fabricants, systématiquement optimistes. Rien ne dit que l’ampoule durera bien les milliers d’heures promises.

 

Quelques mots sur le vocabulaire :

 

La classe énergétique : Les leds et les fluo compactes sont toutes en classe A. Les halogènes sont en classe C. Ces dernières consomment quatre fois plus que les fluo compactes, mais 10 à 20% de moins que les anciennes ampoules à incandescence, raison pour laquelle les fabricants continuent de les présenter, à tort, comme économiques.

 Les lumens : Ils mesurent la puissance d’éclairage et ont remplacé les watts. 700 à 750 lumens équivalent à 60 watts, 920 à 970 lumens à 75 watts, 1 300 à 1 400 lumens à 100 watts. A savoir : les halogènes ont rarement le rendement annoncé.

 LLeds.jpges kelvins : Plus il y en a, plus la lumière sera blanche et froide. Pour retrouver la lumière chaude de l’incandescence, choisir au maximum la catégorie 2 700 à 3 200 kelvins

 Durée de fonctionnement : Par ordre croissant de longévité, la lampe halogène, la fluo compacte et la led. Cette dernière est régulièrement annoncée avec 25 000 heures et 20 ans de durée de vie. Gare à la surenchère : tous ces pronostics sont souvent très nettement exagérés.

 Temps d’allumage : C’est le principal inconvénient des fluo compactes qui offrent toujours un retard chiffré sur l’emballage. Il peut atteindre la minute pour 60% des lumens. Pour les leds, le décalage est très faible, et inexistant chez les lampes halogènes.

 Allumage et extinction : C’est le nombre de cycles garantis par le fabricant. Il s'agit d'un renseignement particulièrement utile pour les fluo compactes qui supportent moins bien les allumages à répétition.

 Variateur : Un pictogramme barré annonce le cas échéant : attention, ne pas utiliser avec un variateur de lumière. C’est le cas de la plupart des fluo compactes qui supportent aussi mal le froid et sont donc à proscrire pour un perron ou une terrasse…

Mercure : Moins il y en a (comparer les étiquettes), mieux l’environnement se porte. Les ampoules basse consommation ne se jettent pas, elles se recyclent, et les magasins sont tenus d’organiser gratuitement la collecte.

A prendre aussi en compte pour la santé : les fluo compactes émettent des ondes électromagnétiques comme les téléphones portables. La commission de sécurité du consommateur a recommandé en 2011 d’éviter de se tenir de façon prolongée à moins de 30 cm.

Publié dans Consommation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article