Hausses de prix insupportables et injustifiables ! [14.03.08]

Publié le par clcv-loire-atlantique.over-blog.com

Consommateurs, changeons de crémerie !

 

On nous avait déjà fait le « coup » du pouvoir d’achat, chacun nous expliquait à tour de rôle que l’inflation n’était qu’un « ressenti » des ménages et la baisse du pouvoir d’achat « l’expression d’une perte de repère » des consommateurs suite au passage à l’Euro. Et les travaux récents du Ministère de l’Economie et des Finances de reconnaître enfin l’impact significatif de l’inflation récente sur les ménages. Aujourd’hui, c’est presque tranquillement qu’industriels et enseignes de la grande distribution tentent de « nous vendre » la hausse du coût des matières premières, qui selon eux justifierait les nouvelles augmentations insupportables que nous avons constatées. Seraient-ils eux aussi victimes d’une perte de repère ?


La CLCV a mené fin janvier une enquête prix concernant 25 produits de marque dans 136 enseignes de la grande distribution au niveau national. Or, avant même la fin des négociations entre fournisseurs et distributeurs qui conduiront à de nouvelles hausses, nous constatons déjà des hausses sur les produits laitiers allant jusqu’à +18%. Injustifiable ! Prenons l’exemple des yaourts, les cours du lait ont certes augmentés de 28% en 2007, mais le lait ne représente que 25% du prix final des yaourts, ce qui justifierait tout au plus une augmentation de 8% à taux de marge identique. Si on ajoute à cela que les cours du lait ont baissés de 9% entre 1998 et 2006, une baisse qui chacun l’aura constaté n’a pas profité aux consommateurs, on ne peut qu’être exaspéré du comportement de la grande distribution et de ses fournisseurs.


Trop, c’est trop ! Le constat est fait, les prix de la grande distribution ne sont pas le résultat de la confrontation entre l’offre et la demande. Les fabricants et les distributeurs usent de leurs pouvoirs de marché respectifs pour imposer leurs hausses aux consommateurs, sans même devoir les justifier. Ce serait cependant trop vite oublier que les consommateurs ont aussi un pouvoir, s’ils s’en saisissent, le pouvoir de choisir et de sanctionner.


La CLCV s’indigne des augmentations d’ores et déjà constatées ou annoncées dans la grande distribution. Nous appelons donc les consommateurs à réagir en faisant le bon choix, et en boycottant éventuellement les enseignes, les produits et les marques qui nous imposent ces augmentations injustifiables.

Afin de permettre aux consommateurs de faire ce choix, la CLCV propose :

  • - que figure à coté du prix des produits, son prix moyen constaté au cours du mois passé. Les enseignes et les marques ne sont pas avares en affichage quand il s’agit de mettre en avant leurs promotions. Un affichage relatif à l’évolution des prix permettrait au consommateur d’effectuer un choix éclairé au moment même de l’achat plutôt que de constater à la sortie la hausse du prix de son caddie.
  • - que la réglementation de l’urbanisme commercial favorise l’entrée de nouveaux acteurs de la distribution en France pour en finir avec une situation coopérative de marché où les 6 grands groupes de la distribution se partage le marché au détriment de l’intérêt des consommateurs. La CLCV rappelle aux grandes enseignes que les prix en France sont entre 5 et 30% plus chers que nos voisins européens.  

Nos enquêtes prix se poursuivront tout au long de l’année 2008, afin d’étudier notamment l’impact de suppression des marges arrières sur les prix et de dénoncer au besoin les mauvaises pratiques auprès des consommateurs. Nous partageons sur ce point l’ambition de Luc Chatel, Secrétaire d’Etat chargé de la Consommation et du Tourisme, de démasquer « ceux qui cherchent à les berner ».

Commenter cet article